Imprimer ceci Page

Eradiquons la pauvreté

Ni mes parents ni mes grands parents n’ont jamais eu d’emploi
Ils m’ont inculqué que c’est à cause des étrangers qu’il n’y a pas de travail pour moi
Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour que je sois bien éduqué
Ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour que la nourriture ne commence pas à me manquer

Ma vie privée c’est un néant complet, je n’ai pas d’argent pour sortir
A plusieurs reprises je me suis empêché d’aimer quelqu’un pour ne pas la faire souffrir
Plus grand, je suis devenu très docile et passif pour avoir accès aux aides sociales
Tel un mouton je suis la file, je considère qu’un pas de côté c’est anormal

C’est à la mode pour les riches la simplicité volontaire, la mienne est obligatoire
Je suis habitué à cette société binaire : soit tu n’as rien soit tu gagnes de l’or en barre
Le sac à dos de la vie n’est pas rempli de la même manière pour tout le monde
J’ai soudainement compris que la terre ne tourne pas du tout d’une manière ronde

J’assiste à un colloque qui m’ouvre les yeux
Il me fait comprendre que ce n’est pas la société dont je veux
D’abord je me dis qu’il n’y a rien à faire, qu’il y a un très grand mur de préjugés
Que vu que je suis du côté des pauvres ce n’est pas à moi de changer

Mais je ne me suis pas arrêté là et j’ai creusé la question
Pour moi l’économie actuelle n’enrichit qu’une partie peu importante de la population
La cause est toujours la même, c’est le système
Il ne fait pas partie de la solution mais du problème

Peu après je n’ai eu marre de rester immobile
A force de faire confiance à la télé je me suis senti un peu débile
On me dit tout le temps qu’il n’y a pas d’alternatives
Mais par ailleurs on étouffe toutes sortes d’initiatives

Je me suis mis à participer à beaucoup de réunions
Où on met de côté ce qui nous divise et on parle de ce qui fait union
J’en ai marre que les combats des individus soient morcelés
Tous dans notre coin on se sent comme ensorcelés

Dans le mot participation il y a le mot art
Sans la culture le vivre-ensemble deviendrait un vrai cauchemar
Il y a des accompagnateurs et des facilitateurs
Qui sont là pour soutenir les vraies valeurs

Le souci ce que je me retrouve à chaque fois entre convaincus
Même si pour faire changer les choses je me bouge le cul
Alors je me dis faisons appel à l’imaginaire collectif
Pour inventer des nouvelles formes où tout un chacun serait actif

Lien Permanent pour cet article : http://www.anatoleliovine.be/eradiquons-la-pauvrete

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.