«

»

Imprimer ceci Article

Le paradigme libéral

Vous avez encore droit à vos 4 étapes vers l'indépendance financière

Dans cet article je décortique le paradigme libéral en précisant pourquoi il peut être utile de comprendre cette façon de penser.

Vous critiquez tout ce qui se rapporte au capitalisme et aux libéraux. Ils ne prennent jamais de bonnes décisions pour le peuple et tentent d’enrichir ceux qui le sont déjà vous dites vous. Cette doctrine n’a rien à faire de l’égalité et de la justice sociale. Cette doctrine n’a que pour l’économie et la finance, un monde qui est bien loin des préoccupations réelles des citoyens. Mais faut-il absolument tout rejeter de cette politique socio-économique ?

Je me suis intéressé aux fondements de cette philosophie et j’ai une énorme envie de partager ce que j’ai appris avec vous. Comprendre comment est pensé le néolibéralisme vous permettra de savoir en tout état de cause contre quoi vous vous battez.

Ceci dit, vu qu’on est en démocratie, dans ma tête il faut avoir un grand respect envers cette doctrine. Une grande couche de la population est convaincue qu’elle est bien fondée. C’est en restant le plus impartial possible que j’essaye de la décrire.

Au lieu de croire à la force du collectif le libéral apporte beaucoup d’importance à l’individu. Pour lui la notion de la liberté prime sur la notion de l’égalité et de justice sociale. L’être humain est libre de faire ce qu’il veut tant qu’il n’empiète pas sur la liberté d’autrui. Par exemple pour un vrai libéral le code de la route ne devrait pas s’appliquer tant qu’il est seul sur la route.

Il pense que toute tentative du gouvernement d’imposer des réglementations  nuit à l’individu car seul l’individu sait ce qui est bon pour lui.

La meilleure organisation de la société passe donc par le marché qui représente la somme de toutes les initiatives individuelles. La concurrence est essentielle car elle garantie la liberté de choix. Un client pas content doit avoir la possibilité de changer de fournisseur de service. Cela va aussi dans l’autre sens. Le libéral déteste les monopoles et la concentration du pouvoir entre un petit nombre de gens.

Dans la société néolibérale idéale tout un chacun devrait avoir un service ou un produit à échanger contre de l’argent pour pouvoir subvenir à ses besoins.

Contrairement à ce qu’on voit le rôle de l’état est très important pour le libéral. Le gouvernement doit fixer les règles en matière de commerce. Il doit aussi prendre en charge ce qui ne serait pas rentable à gérer par le privé.

La défense des idées quelles qu’elles soient passe d’abord, pour le libéral, par un financement de celles-ci. C’est pour cela que, pour lui, le système socialiste n’est pas synonyme de progrès. L’environnement capitaliste est donc, dans sa tête, plus propice aux changements.

L’amélioration de la société se fait par le haut. C’est-à-dire que le rêve d’un libéral est de donner de plus en plus de droits aux gens riches, qui eux à leur tour créeront de bonnes conditions de vie par plus de services et de produits pour tout le monde et par le fait d’offrir des emplois aux gens.

L’état, pour un libéral, ne doit pas s’occuper de ses pauvres car tout coup de main de sa part coupe la débrouillardise et l’initiative personnelle. De ce fait il pense que les pauvres s’installent dans une passivité et n’ont aucune envie de s’en sortir.

 Vous vous intéressez à la population en situation de pauvreté ? Faisons plus connaissance.

Découvrez mon expérience en cliquant sur l'image ci-dessous :

10 préjugés sur les pauvres en accès immédiat

Lien Permanent pour cet article : http://www.anatoleliovine.be/le-paradigme-liberal.html

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.