«

»

Imprimer ceci Article

Les 3 choses qui m’ont permis de maintenir la tête hors de l’eau au CPAS et comment faire la même chose pour vous

Vous avez encore droit à vos 4 étapes vers l'indépendance financière

Vous faites parti de ces gens qui sont désormais exclus du chômage vu la nouvelle loi qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Vous trouvez peut-être que la décision est tout à fait logique et que vous n’avez qu’à vous y faire. Qu’il faut bien faire des économies par ce temps d’austérité et que vous aussi devez faire un effort pour contribuer au système.

Ou alors vous vous indignez et vous trouvez que ce n’est pas sur vous que le gouvernement fera de bonnes affaires et permettrait de rééquilibrer le budget. Vous savez comme moi que le chômage représente 3% du budget et vous savez aussi que le gouvernement ne fait aucune économie sur votre dos.
Les politiques commencent à se justifier en disant que s’ils ont voté cette mesure ce n’était pas fait pour économiser de l’argent mais bien pour inciter les chômeurs à chercher de l’emploi.

La gauche reconnait maintenant qu’ils ne se sont pas rendu compte de l’impact que cette mesure allait avoir sur les personnes les plus fragilisées. Ceci dit maintenant il est trop tard même si un petit espoir persiste et que l’abolition de l’article 63§2 va être peut-être à l’ordre du jour au gouvernement, j’aimerai vous parler des démarches à faire pour avoir droit au CPAS et de comment bien introduire une demande de Revenus d’Intégration Sociale.

C’est très important et je viens de tomber sur un court document du RWLP qui résume fortement bien la procédure, je vais vous donner le lien pour le télécharger à la fin de cet article.

Mais avant j’aimerai vous parler de ma vie au CPAS qui a duré pendant 7 ans. Je n’avais pas le droit de travailler ni de gagner de l’argent autrement. On était 3 et on avait aux alentours de 460 € par personne. Le montant étant indexé chaque année je précise qu'il n’est pas rigoureusement exact.

L’angle sous lequel j’aimerai aborder ce récit est le suivant : qu’est-ce qui m’a permis de maintenir la tête hors de l’eau durant ces nombreuses années. Je pense que c’est l’angle qui vous sera le plus utile.

Je me suis accroché aux 3 choses différentes selon les moments de ma vie.

La première chose était le sport. Je me suis consacré aux arts martiaux, plus particulièrement au judo et au krav-maga.

La deuxième chose à laquelle je me suis accroché était le bénévolat. Je faisais des animations de groupes d’enfants, une activité qui ne m’a pas réussi d’ailleurs, pour laquelle je percevais un défraiement, ma seule manière légale de gagner de l’argent. Un défraiement qui était plafonné à 25 euros par jour et à 1000 euros par année à cette époque là.

La troisième chose à laquelle je me suis accroché sont les arts et particulièrement le théâtre et l’écriture. Je faisais des ateliers le soir après mes études.

Quelle est la recette qu’on peut retirer de mon récit ? Quel conseil puis-je vous donner pour que vous vous sentiez mieux alors que vos moyens financiers vous fermeront plein de portes ?

Continuez à voir du monde. Ne restez pas seuls dans votre coin. Un sociologue divise la richesse en 3 parties : La richesse économique, la richesse sociale et la richesse culturelle.

Je sais que c’est très difficile mais même si votre richesse économique est pendant un moment très catastrophique continuez à entretenir votre richesse sociale et culturelle.

Faites des activités qui vous plaisent et faites connaissance avec des gens qui sont passionnés par les mêmes choses que vous. Oubliez le fait que vous êtes seul dans votre malheur, plein de gens vivent les mêmes difficultés que vous.

Même si cela peut être réconfortant de se plaindre parmi les gens qui sont dans la même situation que vous je vous conseille de fréquenter des personnes qui sont au-dessus de vous d’un point de vue de l’expérience que vous souhaitez acquérir.

Quand je faisais du sport je fréquentais des gens qui ont consacré toute leur vie à cette activité. Quand je faisais de l’animation je fréquentais des gens qui étaient passionnés par leur métier. Quand je faisais du théâtre et de l’écriture je fréquentais des gens qui dormaient, mangeaient et buvaient de l’art.

J’aurais pu très bien me contenter de ne fréquentais que des demandeurs d’asile et des bénéficiaires de CPAS puisque j’en étais un. Et je connais plein de gens qui ont fait cette erreur, surtout les étrangers qui ne fréquentaient que les gens qui parlaient leur langue. Mais ce n’est pas ce que j’ai fait. J’ai très vite compris que ça aurait été limitant pour mon développement.

Après des années j’ai réalisé que j’ai fait un bon choix. Et c’est pour cela que je me permets de vous conseiller d’adopter cette démarche.

Ne vous enfermez pas tout seul dans votre habitation sous prétexte que vous n’avez pas d’argent. C’est très important.

Maintenant comme promis vous donne le lien pour faire la demande du RIS correctement : Lire le texte de la brochure.

Je vous souhaite une bonne lecture.

Lien Permanent pour cet article : http://www.anatoleliovine.be/les-3-choses-qui-mont-permis-de-maintenir-la-tete-hors-de-leau-au-cpas.html

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.