«

»

Imprimer ceci Article

Révolutions industrielles

Vous avez encore droit à vos 4 étapes vers l'indépendance financière

Dans cet article je retrace les révolutions industrielles et j’explique aussi en quoi la troisième révolution est différente.

Beaucoup de gens nous racontent à vous et moi que nous somme au début d’un grand changement sociétal. Ils appellent cela la troisième révolution industrielle. Plus loin j’expliquerai et je situerai les deux autres. La troisième révolution est celle de l’informatisation, de l’internet.

Les grandes entreprises telles qu’on les a connues au 19ième et 20ième siècle sont entrain de disparaitre. Avec une connexion internet certains se mettent à leur compte et travaillent par projet, ils accomplissent des projets qui leurs tiennent à cœur, choisissent les clients et les partenaires avec qui ils ont envie de travailler.

Ils sont des malades du carnet d’adresse qu’ils ne cessent de développer. Tout est prétexte à faire des rencontres et démarrer de nouveaux projets en fonction de leur spécialité.

On revient quelque part à l’ancien temps où tout un chacun avait son petit métier dans son village et ne travaillait pas pour des grosses entreprises. Sauf qu’on y ajoute des moyens de production dématérialisée grâce à la possibilité de créer du contenu pour deux fois rien.

C’est, pour moi, cela l’évolution du 21ième siècle. C’est la victoire suprême du régime capitalisme qui a pour le paradigme extrême que tout un chacun est son propre patron.

Il faut avoir une sacrée dose de capacité d’adaptation pour pouvoir travailler selon les « nouvelles règles ». Cela ne va pas se faire tout de suite mais selon mes lectures je n’y crois plus du tout à l’entreprise qui résulte d’un processus de providence où on commence sa carrière tout jeune et où on part en pension tout en ayant atteint des postes plus importants.

Cependant la troisième révolution industrielle manque une phase très importante qu’on retrouve dans les 2 autres et cela n’a pas un côté rassurant. Pour bien comprendre le concept je vais situer dans le temps les 3 révolutions.

La première s’est passée au 18ième siècle autour de la machine à vapeur, du textile, de la sidérurgie et du charbon.

La deuxième s’est passée à la fin du 19ième début 20ième siècle autour de l’électricité, du moteur à explosion, du pétrole et par la suite de l’automobile.

La troisième s’est produite fin du 20ième début du 21ième siècle. Elle est fondée sur l’utilisation massive de la robotique et de l’informatique dans les processus productifs.

Qu’est-ce qui cloche dans la troisième révolution ? Les 2 autres révolutions ont à chaque fois été suivies d’un accompagnement « social ». Voici un petit texte des économistes atterrés qui l’explique mieux que moi :

« …la première révolution industrielle ne serait pas née sans l’abolition des rapports sociaux féodaux et la naissance du prolétariat salarié; la deuxième s’accomplit dans un cadre socio-institutionnel où le salariat se généralisa et gagna des droits sociaux compensant (plus ou moins) le taylorisme et l’intensification du travail: ce fut l’époque dite du fordisme. Quel est l’accompagnement «social» de la révolution informatique et de la mondialisation du capital? Il n’a pas d’autre nom que précarisation et flexibilisation du travail, ainsi qu’amoindrissement de la protection sociale. Rien qui permette d’envisager une relance de la productivité du travail. On peut même avancer l’hypothèse que la difficulté du capitalisme à surmonter sa propre crise actuelle et à sortir de la langueur commune à presque tous les pays développés (Japon, Europe, États-Unis malgré l’embellie trompeuse, car passagère, due aux gaz de schiste) tient à son incapacité à proposer un modèle autre que celui de la dégradation de la condition salariale. »

Nous vivons pour moi une époque très intéressante où le modèle est à réinventer complètement ! Il me semble de plus en plus impossible de sauver le salariat. Les salaires n’ont pas d’autres choix que d’aller de plus en plus à la baisse. En même temps travailler pour soi comme le propose le modèle libéral n’est pas du tout adapté à tout le monde.

J’explique une alternative dans mon article sur l’allocation universelle.

Vous vous intéressez à la population en situation de pauvreté ? Faisons plus connaissance.

Découvrez mon expérience en cliquant sur l'image ci-dessous :

10 préjugés sur les pauvres en accès immédiat

Lien Permanent pour cet article : http://www.anatoleliovine.be/revolutions-industrielles.html

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.